L’enseignement explicite

Depuis 2012, Marie Bocquillon et Antoine Derobertmasure, sous la direction du Professeur Marc Demeuse (Institut d’Administration Scolaireservice de Méthodologie et Formation de l’Université de Mons)  adaptent au contexte belge francophone le modèle de l’enseignement explicite (Rosenshine & Stevens, 1986), une approche pédagogique construite à partir de recherches anglo-saxonnes menées dans des salles de classe.

Les travaux anglo-saxons sur l’enseignement efficace et sur l’enseignement explicite ont été diffusés et adaptés au contexte québécois par Clermont Gauthier, Steve Bissonnette et Mario Richard, qui constituent des partenaires privilégiés de l’équipe montoise pour la diffusion et l’adaptation de l’enseignement explicite au contexte belge francophone.

Selon de nombreuses recherches, l’enseignement explicite est une approche pédagogique efficace, c’est-à-dire permettant au plus grand nombre d’élèves de réussir, indépendamment de leurs caractéristiques initiales (Bloom, 1979, cité par Demeuse, Crahay et Monseur, 2005).

Le terme « explicite » renvoie aux comportements visibles de l’enseignant et des élèves. Hattie (2009) utilise les termes de « enseignement visible » et « apprentissage visible » pour mettre en évidence le fait que l’enseignement doit être visible et explicite pour les élèves et que l’apprentissage des élèves doit aussi être rendu visible pour l’enseignant notamment via la vérification de la compréhension des élèves. La démarche de l’enseignement explicite consiste, pour l’enseignant, à rendre l’ensemble des dimensions de son enseignement explicites (les démarches, le programme, les étapes, les objectifs…), l’implicite pouvant être néfaste aux apprentissages (Gauthier, Bissonnette & Richard, 2013).

L’enseignement explicite comporte plusieurs étapes procédant du simple au complexe, qui favorisent le développement de compétences, sans créer de surcharge cognitive chez l’élève. Ces étapes sont décrites dans les outils et publications disponibles sur ce site. Qui plus est, l’enseignement explicite convient aussi bien pour l’enseignement primaire que pour l’enseignement secondaire.

L’originalité de cette approche pédagogique réside dans les stratégies proposées qui sont à la fois très concrètes et adaptées au terrain, tout en étant issues de recherches scientifiques rigoureuses. A partir des recherches anglo-saxonnes et des travaux de Gauthier, Bissonnette et Richard (2013) et en collaboration avec ceux-ci, Marie Bocquillon, Antoine Derobertmasure et Marc Demeuse ont mis en place des activités de formation initiale et continue à destination d’enseignants, de directions d’établissement, de formateurs d’enseignants, de futurs enseignants, d’étudiants de Master en Sciences de l’Education et de chercheurs. Ce site présente ces outils, ainsi que d’autres productions de l’équipe (vidéos, publications…) et les actualités (formations, colloques, …) organisées autour de l’enseignement explicite.

Références

Demeuse, M., Crahay, M., Monseur, C. (2005). Efficacité et équité dans les systèmes  éducatifs. Les deux faces d’une même pièce ?  In M.  Demeuse, A. Baye, M.H. Straeten, J.  Nicaise, A.  Matoul (Ed.). Vers une école juste et efficace. 26 contributions sur les systèmes d’enseignement et de formation (pp. 391-410). Bruxelles : De Boeck.

Gauthier, C., Bissonnette, S., & Richard, M. (2013). Enseignement explicite et réussite des élèves. La gestion des apprentissages. Bruxelles : De Boeck.

Hattie, J.A. (2009). Visible Learning: A Synthesis of Over 800 Meta-Analyses Relating to Achievement. New York : Routledge.

Rosenshine, B. & Stevens, R. (1986). Teaching Functions . In M. C. Wittrock (Ed.), Third Handbook of Research on Teaching (pp. 376-391). New-York: Macmillan.